Matrice de l'Humanité

Publié le 1 Décembre 2013

Matrice de l'Humanité
Patchamama

L’interrogation de mes yeux résonne dans le lointain des promesses étoilées

Les caresses du vent gravent des courbes sensitives aux aveugles statues

Un fumet d’iris vient dans un soupir de rouge gorge frotter la blancheur des ventres

Une mémoire d’amande glisse sur les feuilles d’une bouche ébouriffée

Un bruissement de fougère murmure une symphonie au prélude de sève

Et pourtant

Mes pieds goûtent le rythme du magnétisme

Mon cœur tambourine un flamenco d’osmose

Mon esprit échafaude des bras de courte-échelles

Mes bras obéissent à tes désirs d’offrande

Mes mains façonnent ta force, tes sens et tes soupirs

Toi qui donne la vie au frémissement des vents

Et sept sœurs d’écume en guise de firmament

Hobo-Lullaby

image

******
Mère-argile
Matrice de l'Humanité

La terre-mère épand sur le sol son rouge manteau.

C’est son sang, épais, dense et dans le fer

il puise sa couleur rouillée

son caractère de pierre.

Elle dit aux hommes : Prenez !

Ceci est ma matière première

faites-en ce que vous voulez

pour former de vos mains

les récipients utiles à vos futurs festins.

L’homme habile de ses doigts agiles

amasse peu à peu la généreuse donation.

Elle est sable, elle est eau, elle est terre, elle brille ;

chaude, douce, instable ;

coulante ou bien collante,

dans sa matière toutes les formes prennent vie.

L’homme de ses habiles doigts

puise dans la profondeur de sa substance,

la caresse, lui parle, la charme,

lui dit de bien vouloir se plier à ses volontés.

La pâte se fait câline, elle se modèle

comme l’homme sous les feux de sa créatrice.

Puis, séduite,

elle abandonne la partie

car sous les mains ruissellent

des fragments de bonheur :

l’élasticité dans les formes épouse,

la créativité

qui sous les sens épanouis

donne une forme accomplie.

Quelles rondeurs !!

Madame la cruche peut être fière !

Deux anses finement ciselées

viennent pour le nécessaire,

un bec pour le plaisir de voir rigoler

l’eau fraîche et pure, le vin clairet,

des incisions fuselées comme signature.

Au four, et que ça cuise !

Que la mère-argile à jamais objet

signe son œuvre pour l’éternité.

Matrice de l'Humanité
Carole Radureau (01/11/2013)

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Pierre-Mère

Repost 0
Commenter cet article

Anne-Marie 02/12/2013 14:37

Je sais, je me répète, mais moi, qui parle aux arbres du jardin, j'aime :-)

caroleone 03/12/2013 19:11

Bonsoir Anne-Marie,

Aimer les belles choses mises à notre disposition et savoir les remercier d'être ce qu'elles sont, la reconnaissance n'est-ce pas une qualité apprise dans l'enfance ?
Pourquoi tant sur cette terre l'oublie ?
Merci de ta visite et bonne soirée

caro

Hobo-Lullaby 03/12/2013 18:22

Bonsoir Anne-Marie

Peut être que nous (les humains) ne leur parlons pas assez ...
Ravi que ça te plaise et ravi de ta visite

Bises

Serge