Sans faire de bruit, le mur fait son lit

Publié le 8 Février 2015

Inaltérable

 
 
 
Mes doigts aveugles effleurent l’interstice
Et je vois le bourgeon dans le désert
Une bouche murmure la faible lueur
Le vide déploie des ailes d’entrelacs
 
Comme une larme d’oursin, un sourire de détresse
Comme deux cristaux de mains rajeunissent l’enfance
Incandescente étreinte dont rêvent les cailloux
Baiser d’éternité  aux lèvres d’une étoile
 
Une plume de rose apprivoise les vents
Et dévoile les astres à nos cœurs engourdis
Je flaire les certitudes des fleurs qui s’enlacent
Je résous l’aporie des pierres qui s’embrassent
 
Si l’amour est ardent pour polir le silex
L’étincelle est un chant au soleil levant
Et les vides se comblent de doux traits de lumières
Pour souffler sur nos âmes la chaleur minérale
 
Le regard des statues semble peser des siècles
L’éphémère du bonheur affaiblit la fougère
Mais la roche aux entrailles ravive les vigueurs
Comme l’écho d’un ruisseau enivre la cascade
 
Les pierres qui s’enlacent fécondent le néant
L’interstice est l’amour déposé sur leur joue
 
 
Hobo-Lullaby
Sans faire de bruit, le mur fait son lit

Le mystère des pierres

 

 

Les profondeurs des strates nourrissent les minéraux de demain

Et sur le mur le puzzle assemble les pierres-élues

En un amalgame troublant.

La pierre grise au toucher rugueux

Côtoyait la petite pierre blanche sa voisine.

Elle était là insigne

Pour combler un trou dans l’édifice.

Un jour elle lui confia, complice

La vérité de sa naissance :

Pierre à pierre mot à mot

Leurs histoires qui s’unirent avaient le goût de la minéralité.

Vous savez :

Le goût de la coquille d’huître du Chablis

Qui se nourrit à l’époque du kimméridgien.

Cette histoire ancienne leur avait appris

Qu’avant d’être petite pierre insignifiante

Le petit caillou blanc avait eu un sang noble.

Opale elle était autrefois avant qu’on ne la roule, roule, roule

Dans la terre glaise des champs de lavande.

Elle brillait, elle était reine de la nuit

Dans son cœur poli le sang de sa mère la lune coulait

Abondamment.

Elle était ravissante autrefois et rêvait de finir en beauté

Sur une bague ou dans un collier.

 

C’était dans la carrière de granite aux éclats brisés par la pioche

Qu’était née la pierre anthracite un soir de mai.

Avec ses sœurs-pierres on l’avait grossièrement taillée

Et rangée sur le mur tel une note sur une partition.

Pour toujours elle serait là, à jouer une chanson à l’unisson de la façade

 Irrégulière

Affichant sa face de pierre sans aucun autre espoir rêvé.

La pierre anthracite et la pierre blanche

Leur cœur minéral fondant d’émoi

Se dirent que plus jamais

Ils ne seraient seuls

Sur le mur de l’éternité.

Se tenant côte à côte

Le vent, la pluie, la tempête

Jamais n’eurent prise sur les pierres de la passion :

Les révolutions coulaient comme dans un rêve

Les hommes s’étripaient sans jamais se douter

Que le mur sans opinion cachait d’amoureux frissons.

L’histoire s’écrivit dans la fibre millénaire du temps

Seul détenteur des énigmes de ce monde.

 

Vous savez…..

Si l’on bouge délicatement la petite pierre

Blanc- de- lait,

Blanc-de- coton

Un tour à droite

Puis un tour à gauche,

De l’autre côté pouvons-nous passer

Pour y voir ce qui se cache derrière le mur des mystères.

Mais ceci est une autre histoire.

 

Carole Radureau (27/01/2015)

 

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Hématite

Repost 0
Commenter cet article

fanfanchatblanc 08/02/2015 20:07

Quelles belles inspirations devant ce mur de pierres. L'un s'attache à l'interstice des pierres :
"Les pierres qui s’enlacent fécondent le néant
"L’interstice est l’amour déposé sur leur joue
L'autre nous conte le puzzle qui "assemble les pierres élues" et nous renvoie à leurs origines
Le tout pour les deux dans la délicatesse de l'imaginaire si précieux à nos âmes.
Merci c'est bô
Bisous à vous deux

caroleone 09/02/2015 15:01

Bonjour Fanfan,

Merci beaucoup de cette subtile analyse de la poésie.....tu as vu juste.
Les pierres nous inspirent et pourtant elles sont toujours sages et calmes comme des images.

Merci de ta visite et bisous du lundi

caro

DArnaud 08/02/2015 11:15

Voilà qui est très beau. J'ajouterai que ces murs aux pierres disjointes, brûlées par le soleil, abritent aussi la vie, lichens qui s'accrochent, petits animaux qui se nichent !

caroleone 08/02/2015 17:15

Bonjour Dominique,

Oui, c'est vrai tu as raison mais ici on a été inspiré par les pierres en priorité c'est vrai. Il faudrait en refaire deux autres poèmes pour peupler le mur.

Amitiés

caro