Le temps arrêté

Publié le 1 Mars 2015

Le temps arrêté

 

 

Le temps arrêté

 

 

Nous avons mis des pierres

Dans le jardin de l’espoir

Et sur le regard du cœur.

 

Nous avons mis du silence

Dans la ronde du lilas

Et sur l’étincelle du rêve.

 

Nous avons mis des rides

Sur les sourires de la vie

Et dans les feuillages de l’aurore.

 

Nous n’avons ni regret ni envie

Pas même une porte ouverte

Dans nos maisons fermées.

 

Quelle heure est-il

Dans la rosée coupée en deux ?

Rien.

 

 

Dits du blasphème

Jésus

 

Qui est derrière les nues

Du vent ou du miel

Tout ou rien

La virgule ou le point.

Pour le savoir

Un rêve s’est envolé vers le jardin des nuages.

Il s’est brisé les ailes dans la cage du silence.

Jésus a pleuré sur son crucifix

D’être

Toujours oublié sur la terre.

 

 Dieu

 

Les hommes ont inventé Dieu

Parce qu’ils sont tout petits

Dans leur imagination.

Résoudre ou pas l’énigme de Dieu

C’est comme effeuiller la marguerite

Quand rien n’est urgent.

Dieu est comme le vent

Sans la tête de personne.

A la mort de Dieu

Le rêve sera réel

Et l’homme debout

Son cœur dans les étoiles.

 

 

Délivrance

 

Vers l’horizon

S’en est allé le poète et sa besace de rêves

Son cœur sans feu

Et aujourd’hui sans lendemain.

Sur le perron de l’ombre

Le crépuscule se tâche de sang.

 

 

 

Roger Colombier

 

 

 

 

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Les chroniques de Roger

Repost 0
Commenter cet article

fanfanchatblanc 01/03/2015 20:41

Très beaux poèmes que Roger Colombier nous offre. Je ne saurais dire celui qui a ma préférence, il me semble qu'ils s'enchaînent de façon cohérente et pour finir :
"Vers l'horizon
"S'en est allé le poète et sa besace de rêves."
Bisous Caro et Serge

caroleone 04/03/2015 19:55

Bonsoir Fanfan,

J'ai envie de te répondre avec ces quelques vers de Pablo

" Si chaque jour
tombe dans chaque nuit
il existe un puits
où la clarté se trouve enclose.

Il faut s'asseoir sur la margelle
du puits de l'ombre
pour y pêcher avec patience
la lumière qui s'y perdit".

Bises et merci beaucoup de ta visite et de tes commentaires

caro