Adresses inconnues

Publié le 5 Janvier 2016

Adresses inconnues

Poésie à deux mains

 

 

Sur cette terre il y a de la place pour tout ce qui vit et boit dans la rivière le lait des pierres d’opale

Le chemin tourne le dos à qui le fuit car sur son sol le sang a écrit des lettres indéchiffrables

Nous voyageons comme tout le monde mais l’heure ne sonne jamais sur l’horloge calcaire du retour

Dans les gares les derniers trains s’arrêtent et déversent leur flot ininterrompu d’égarés en l’absence, de funambules qui glissent et trébuchent sur le fil détendu de leur avenir

Tu avais choisi les roses de la haie, les piquants des fleurs reines qui écrivent dans les livres leurs traces embellies, leur sang de nacre était la nacelle recevant comme un enfant le sucre de tes mots

Mais, plus rares sont les roses de Palestine quand l’eau de la terre bénie ne sait plus où elle doit couler pour irriguer les naissances

Jusqu’au bout de ton cœur tu as parcouru les chemins qui menaient aux inconnus qui ne connaissaient pas le goût de ta chair épicée des pierres de ton pays

Les distances pleuraient comme des perles de cristal tombées des sacrifices en avalanches

Les papillons étaient des dates confuses dans les calendriers qui ne savaient plus leurs noms

Les papillons étaient les dattes au régime desquels les chairs avaient perdu leur fondant

Sur la dernière bouffée d’air tu écrivais et sans jamais te lasser en y croyant toujours car la terre Palestine était la rose des vents destinée à le voir tourner un jour.

 

Une urne pour préserver nos âmes de la poussière du temps

Roses contraires, roses propices.

Vous avez vos gloires, nous avons les nôtres. Ah, ce pays dont

Nous ne voyons que ce qui ne se voit pas : notre secret.

Gloire à nous : trône sur des pieds gercés par les chemins qui

Nous ont conduits à toute maison, sauf la nôtre !

A l’âme de trouver l’âme dans son âme, ou mourir ici….

 

Carole Radureau (05/01/2015) et Mahmoud Darwich, Nous marchons vers un pays (recueil Plus rares sont les roses, partie reprise en italique)

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Aragonite

Repost 0
Commenter cet article

Hobo-Lullaby 17/01/2016 09:24

L'odeur minérale est la seule adresse des coeurs en exil ...
C'est très beau

caroleone 26/01/2016 17:40

Merci mon Serge-Hobo.

Anne-Marie 09/01/2016 18:34

Beau

caroleone 26/01/2016 17:40

Merci Anne-Marie.