Ode au chemin

Publié le 12 Septembre 2016

 

 

Chant de traverse

 

 

Un jour mes lèvres effleureront le sourire des crêtes.

La fatigue me donnera cette force.

Sentier faisant je me délesterais,

De l’égoïsme, de la cupidité et de l’hypocrisie.

 

Initié aux langages des vents

Je garderai dans ma besace ce lourd parfum

Qui unit les enfants perdus.

 

Je me fous de savoir quand les hommes vivront d’amour

Je veux juste ranger mes souliers

Entre la rudesse des pierres

Et l’offrande des châtaigniers

 

 

Hobo-Lullaby

 

 

 

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Larme d'apache

Repost 0
Commenter cet article

carole radureau 13/09/2016 13:36

Le monde
a la couleur nue d’une pomme : les rivières
traînent leur lourd débit de médailles champêtres
et il y a partout la tendre Rosalia
et Juan, le compagnon.
Si la pierre agressive
fait le château, une argile plus douce encore
que le raisin
a fait avec les restes du blé ma maison.
Les vastes terres, l’amour, les cloches lentes,
les combats réservés aux instants de l’aurore,
et les cheveux épris qui m’attendirent,
les dépôts de turquoise en leur sommeil :
les maisons, les chemins, les vagues qui construisent
une statue que les songes balaient,
les boulangeries du petit matin,
les horloges formées à l’école du sable,
les coquelicots du blé mouvant,
et ces mains sombres qui pétrirent
les matériaux de ma propre existence :
les oranges s’embrasent orientées vers la vie
sur l’affluence des destins !

Pablo Neruda, La vie


******
https://www.youtube.com/watch?v=yfrGbdxBlAs

(Et voilà que sont passées les aubes,
en cherchant un rayon de lumière,
pourquoi la nuit est si longue ?
Guitare, dis-le-moi toi.)

Moi aussi j'aimerais que tu ranges tes souliers là où tu le dis. Ton texte est très beau.

Bisouxx