Le sel du chemin

Publié le 17 Octobre 2016

La grande saupoudreuse du temps
Sur le chemin de la vie
Verse
Irrémédiablement
Ses filaments dorés
D’or mais aussi d’argent.
D’argent
Est le sel
Qui a emprunté à la grise attitude
Sa parure dévolue
Et à l’ardente morsure de la jeunesse
Sa chaude délicatesse.

Minuscules
Sont les particules des ans
Collant
Irrémédiablement
Leurs filaments confus
Sur le chemin
Suspendu.

J’ai bu à l’eau du ruisseau
J’ai croqué dans le tendre fruit
J’ai nourri mon enfant au lait de l’amande chère
J’ai coiffé une à une mes tresses rétrécies
Dans le sablier incorruptible
Je prends le gris le noir le sombre
Et laisse les blanches semailles
Pour les harfangs reines de la mode
Je prends la poudre je prends le temps
Et m’en fais un manteau de sel
Une robe d’argent
Et un sourire de maturité.

Carole Radureau (17/10/2016)

Par Inconnu — http://libraryphoto.cr.usgs.gov/cgi-bin/show_picture.cgi?ID=ID.%20Hunt,%20C.B.%20%20952, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=16358580

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Terre-mère

Repost 0
Commenter cet article