Mariposa

Publié le 15 Octobre 2016

 

Je voudrais
faire un vers qui aurait
le rythme du printemps;
qui serait
comme un fin papillon rare,
comme un papillon qui volerait
sur ta vie, et candide et léger
volerait encore
sur ton corps chaud de palme chaude
et enfin se reposerait de son vol absurde
- tout comme sur une roche bleue dans la prairie-
sur la jolie rose de ton visage...

Je voudrais
faire un vers qui aurait
tout le parfum du printemps
et sur lequel un papillon rare
volerait encore
sur ta vie, sur ton corps, sur ton visage.

Nicolas Guillen traduction carolita

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Terre-mère

Repost 0
Commenter cet article

fanfanchatblanc 16/10/2016 17:15

Tout simplement magnifique. Merci pour ce partage poétique. Bisous

caroleone 17/10/2016 11:29

Merci de ta visite Fanfan .
Besos