Cinq siècles identiques (cinco siglos igual)

Publié le 23 Novembre 2016

Cinq siècles identiques (cinco siglos igual)

CINQ SIECLES IDENTIQUES

Solitude sur des ruines, sang dans le blé
rouge et jaune, source du poison
bouclier de blessures, cinq siècles identiques.

Libérté sans galop, drapeaux brisés
orgueil et mensonges, médailles d'or et d'argent
contre l'espérance, cinq siècles identiques.

Sur cette partie de la terre l'histoire est tombée
comme tombent les pierres même celles qui touchent le ciel
ou qui sont près du soleil ou qui sont près du soleil.

Indifférente discorde, pardon et oubli
corps avec du minéral, des peuples travailleurs
des enfances pauvres, cinq siècles identiques.

Loyauté sur des tombes, pierre sacrée
Dieu n'est pas arrivé à pleurer, long sommeil du malheur
enfants de personne, cinq siècles identiques.

Mort contre la vie, gloire d'un peuple
disparu est le commencement ,il est final
légende perdue ,cinq siècles identiques.

Sur cette partie de la terre l'histoire est tombée
comme tombent les pierres même celles qui touchent le ciel
ou qui sont près du soleil ou qui sont près du soleil.

Ce sont des ténèbres avec des fleurs, des révolutions
et bien que plusieurs ne soient plus,personne n'a jamais pensé
leur embrasser les pieds, cinq siècles identiques.

****

CINCO SIGLOS IGUAL

Soledad sobre ruinas, sangre en el trigo
rojo y amarillo, manantial del veneno
escudo heridas, cinco siglos igual.

Libertad sin galope, banderas rotas
soberbia y mentiras, medallas de oro y plata
contra esperanza, cinco siglos igual.

En esta parte de la tierra la historia se cayo
......como se caen las piedras aun las que tocan el cielo
o están cerca del sol o están cerca del sol.

Desamor desencuentro, perdón y olvido
cuerpo con mineral, pueblos trabajadores
infancias pobres, cinco siglos igual.

Lealtad sobre tumbas, piedra sagrada
Dios no alcanzo a llorar, sueño largo del mal
hijos de nadie, cinco siglos igual.

Muerte contra la vida, gloria de un pueblo
desaparecido es comienzo, es final
leyenda perdida, cinco siglos igual.

En esta parte de la tierra la historia se cayo
como se caen las piedras aun las que tocan el cielo
o están cerca del sol o están cerca del sol.

Es tinieblas con flores, revoluciones
y aunque muchos no están, nunca nadie pensó
besarte los pies, cinco siglos igual.

León Gieco traduction carolita

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Terre-mère

Repost 0
Commenter cet article