Buses égarées dans le sillon du temps

Publié le 11 Février 2017

 

Un mouchoir sur le cœur
Un pan de montagne accroché à tes rêves
La bise est une compagne ardente
Généreux est son souffle
Et surtout continu

Il n’est pas une minute sans que mes pensées
Buses égarées dans le sillon du temps
S’envolent
Parachutées par l’essentiel et la vertu sa sœur
Prises dans le tourbillon des incertitudes

Si le genêt à oublié l’odeur de ses vœux
C’est pour mieux garder ouverts les yeux
De la liberté
Jaune est la liberté en sa robe de renaissance

Si le châtaignier a endormi dans ses racines détrempées
La mémoire des ans
C’est pour mieux garder vifs et argentés
Les doux propos du passé
Enrobés de la corolle des coquelicots
Jamais ne fanent la sincérité de leurs propos

Dans le ciel de cristal et de nuages affairés
La buse a barré sa queue d’un message de feu
Et dans ses serres le mouchoir se tient serré
Avec les pleurs séchés
Et les roses musquées des liens profonds

L’histoire est un pan de nos vies
Affaissé sur le pied des lits endormis des ruisseaux
Il suffit d’une libellule pour engranger les milles mots
Nécessaires
Aux phrases qui espèrent
Et dans un joyeux gargouillis la truite fario
Emmène avec elle l’histoire des hommes
Pour l’abreuver de ses lèvres bées de poisson d’argent.

Carole Radureau (06/02/2017)

Rédigé par caro et hobo

Publié dans #Grès bigarré

Repost 0
Commenter cet article

Hobo-Lullaby 12/02/2017 18:33

Neruda en Vivarais !
Merci

Bisouxx

caro et hobo 14/02/2017 17:24

Je crois que Neruda aurait aimé le Vivarais. Bisouxx Serge-Hobo.